MENUISERIE : PONÇAGE DU BOIS

Conseils et outils pour le ponçage du bois en menuiserie ou bricolage. Savoir choisir et utiliser les abrasifs et les outils pour poncer correctement le bois.

Lisez ce comparatif pour faire le meilleur choix de raboteuses dégauchisseuse.

Le sujet est toujours le même et l’attention qui est portée à la réalisation d’une œuvre est directement proportionnelle au résultat final.

En termes simples : plus vous faites attention pendant la phase de traitement, meilleur sera le résultat.
Le ponçage est souvent synonyme de ponçage (ou ponçage).
En fait, il s’agit d’une opération qui se déroule avec du papier de verre, un abrasif généralement appliqué sur un support qui peut être de différentes sortes.
Cela va du plus simple bloc de bois jusqu’aux ponceuses industrielles géantes.
Dans cet article, nous explorerons les différents types d’abrasifs sur le marché et les outils les plus utilisés par les amateurs et les menuisiers pour poncer le bois.
A la fin, je vais vous montrer quelques petits trucs pour vous rendre la vie plus facile et travailler mieux.
Mais commençons par le commencement….

ABRASIFS

Les abrasifs sont la première chose à comprendre si l’on veut poncer le bois correctement.

Il est très probable que vous ayez parfois utilisé du papier de verre ; à la maison, vous avez poncé une rampe pour la repeindre, par exemple.

Mais quel papier sablé avez-vous choisi ?
Qu’est-ce que le grain abrasif ?
Quels critères choisissez-vous ?

QU’EST-CE QUE LE PAPIER DE VERRE ?

Le papier de verre teinté, ou plus exactement le papier abrasif, est précisément un abrasif composé d’un support (généralement du papier ou du filet) sur lequel sont collés du fer ou des granules de verre (d’où le nom de « vitrail »).
Pour ceux d’entre nous qui travaillent avec le bois, il est recommandé d’utiliser des abrasifs qui ne contiennent pas de fer car ce type de papier abrasif peut former des taches foncées sur la surface.
Le papier abrasif est vendu en différentes tailles qui correspondent au type de travail que vous souhaitez effectuer ou à la machine sur laquelle il sera monté.
Par exemple, pour la ponceuse orbitale ronde, il existe des disques spéciaux en papier de verre de différents diamètres, en fonction de la machine, avec des trous pour extraire la poussière de ponçage.
Pour la ponceuse à bande, il existe des bandes en papier de verre de différentes longueurs.

Ensuite, il y a le papier abrasif classique que vous pouvez trouver en rouleaux dans n’importe quelle quincaillerie.

Une fois que vous avez choisi le format, il y a plusieurs grains de papier abrasif : de 12 à 7000.

Ce nombre est indiqué au dos de l’abrasif et indique la concentration des granulés qui s’y trouvent ; plus le nombre indiqué est élevé, plus la finesse du ponçage est grande et vice versa.
Habituellement, en menuiserie, vous ne dépassez pas le grain 600.

C’est ce que nous allons faire :

De 12 à 20 : Ponçage grossier (ponçage préalable du bois massif ou décapage de la vieille peinture)
60 à 120 : Pré-ponçage (surfaces déjà rabotées avec du bois massif ou du placage)
De 120 à 220 : Repassage (bois massif, surfaces plaquées et surfaces traitées à l’eau)
280 à 600 : Ponçage fin (surfaces déjà traitées avec primaire et/ou vernis)

PROCÉDURE DE PONÇAGE DU BOIS

Ainsi, pour obtenir une surface parfaitement lisse et lisse au toucher, vous devrez suivre une certaine procédure en utilisant plusieurs abrasifs avec différents grains.
A partir d’un bois massif semi-fini, après le rabotage, vous pouvez commencer à poncer la surface avec un papier de verre de 150/180 mm.
Si la surface n’a pas besoin d’être rabotée, mais d’être ébavurée, vous pouvez faire une étape préliminaire avec du papier 80 mm.

Il est nécessaire d’appliquer une pression moyenne, pas trop forte, pour éviter de brûler le bois qui peut se former surtout quand on utilise des ponceuses électriques à grande vitesse.
Passez ensuite à un abrasif plus fin de 220/240 et pour finir à un de 280/300.
De cette façon, la surface sera parfaitement lisse, essayez-le !

Une fois que j’ai poncé la surface, je l’essuie habituellement avec un chiffon légèrement humide pour enlever la poussière qui génère le ponçage lui-même.

Attendez qu’il sèche et vous verrez qu’il se forme comme un léger duvet sur la surface en bois.

C’est la fibre de bois qui réagit à l’humidité créée et se soulève.
Il suffit d’appliquer une nouvelle couche très légère de papier de verre très fin pour obtenir une surface encore plus lisse et agréable qu’auparavant
A ce stade, vous pouvez enlever, de préférence en la soufflant avec le compresseur ou en la nettoyant avec un aspirateur, la poussière du dernier ponçage et vous êtes prêt pour la finition.

Habituellement aussi entre une couche et l’autre de peinture est un très léger poncé avec du grain à partir de 300.